Date : page réalisée sous l’hégémonie Dreamweaver

Auteur : les anciens

Notes (31.03.09) :

  • antidote appliqué. Sylvie
  • Winmerge : ok – Sylvie
  • Mise en page [liens internes, tdm, en bref !, passage général sur la mise en page de la feuille] – Sylvie

 

Secteur privé

Par mètre carré

Consommations d’électricité HT et de combustibles des bureaux privés en 2012

Caractéristiques de l’échantillon

20 établissements de 200 à 25 152 m² (surface totale de 158 956 m²)
Vecteur énergétique Électricité Combustibles
Écart-type
92 105
Consommation spécifique moyenne 138 kWh/m² 102 kWh/m²

Évolution de l’échantillon

Année Consommation spécifique électrique

[kWh/m²]

Consommation spécifique combustible

[kWh/m²]

Nombre Surface

[m²]

Degrés-jours 15/15
2000 134 112 8 38 828 1 719
2001 147 120 27 167 163 1 934
2002 114 102 30 226 227 1 688
2003 150 133 24 137 960 1 921
2004 131 138 25 114 452 1 894
2005 96 120 29 160 658 1 829
2006 124 111 23 126 992 1 795
2007 105 103 22 73 372 1 578
2008 91 92 29 138 810 1 829
2009 102 106 31 154 724 1 818
2010 123 112 29 172 457 2 309
2011 114 76 26 174 578 1 515
2012 138 102 20 158 956 1 915

Par emploi

Consommations d’électricité HT et de combustibles des bureaux privés en 2012

Caractéristiques de l’échantillon

22 établissements de 7 à 850 emplois (total de 4 277 emplois)
Vecteur énergétique Électricité Combustibles
Écart-type
3.85 4.32
Consommation spécifique moyenne 5.62 MWh/emploi 4.43 MWh/emploi

Ces données sont issues de l’enquête Bilan énergétique de la Wallonie 2012 Consommation du secteur domestique réalisée par l’ pour le compte du Service Public de Wallonie. Le bilan complet est disponible sur le Portail de l’énergie en Wallonie.

Secteur public

Par mètre carré

Consommations d’électricité HT et de combustibles des bureaux publics en 2012

Caractéristiques de l’échantillon

118 établissements de 80 à 18 924 m² (surface totale de 485 069 m²)
Vecteur énergétique Électricité Combustibles
Écart-type
94 189
Consommation spécifique moyenne 65 kWh/m² 165 kWh/m²

Évolution de l’échantillon

Année Consommation spécifique électrique

[kWh/m²]

Consommation spécifique combustible

[kWh/m²]

Nombre Surface

[m²]

Degrés-jours 15/15
2000 54 137 52 289 810 1 719
2001 47 156 91 428 030 1 934
2002 56 165 119 470 619 1 688
2003 52 165 121 388 352 1 921
2004 53 170 122 437 554 1 894
2005 54 174 121 339 008 1 829
2006 50 174 103 285 681 1 795
2007 52 158 133 434 211 1 578
2008 56 151 130 434 159 1 829
2009 53 173 151 543 075 1 818
2010 54 172 99 356 438 2 309
2011 58 134 93 333 964 1 515
2012 65 165 118 485 069 1 915

Par emploi

Consommations d’électricité HT et de combustibles des bureaux publics en 2012

Caractéristiques de l’échantillon

113 établissements de 1 à 650 emplois (total de 11 940 emplois)
Vecteur énergétique Électricité Combustibles
Écart-type
8.8 35.68
Consommation spécifique moyenne 2.30 MWh/emploi 5.65 MWh/emploi

Ces données sont issues de l’enquête Bilan énergétique de la Wallonie 2012 Consommation du secteur domestique réalisée par l’ pour le compte du Service Public de Wallonie. Le bilan complet est disponible sur le Portail de l’énergie en Wallonie.

Comparaison

Consommations spécifiques moyennes des bureaux en 2012 (en kWh/m²)

Consommations spécifiques moyennes des bureaux en 2012 (en MWh/emploi)

Autres données

Le tableau suivant synthétise les valeurs de référence, recoupées à partir des différentes sources détaillées ci-dessous.

Chauffage
Electricité

Type de bâtiment

Consommation
(kWh/m² x an)

Type de bâtiment

Consommation (kWh/m² x an)

Bâtiment ancien

100 à 220

Sans climatisation

35 à 100

Bâtiment récent

70 à 150

Avec climatisation

100 à 160

Le tableau ci-dessous reprend une répartition de référence des consommations électriques d’un bâtiment de bureaux, sur base du guide « Energy Use in offices » du BRE et de simulations informatiques :

Type de bâtiment

Petit bâtiment non climatisé sauf localement

Grand bâtiment
Bâtiment climatisé

Refroidissement

de 0 à 2 % de 9 à 13 %

Ventilateurs et pompes

de 9 à 11 % de 16 à 26 %

Humidification

de 8 à 10 %

Eclairage

de 37 à 43 % de 20 à 25 %

Equipement bureautique et informatique

de 31 à 37 % de 23 à 33 %

Cuisine

de 4 à 6 % de 3 à 5 %

Autre

de 7 à 12 % de 4 à 6 %

Les deux graphes ci-dessous reprennent les valeurs médianes des différents intervalles.

Répartition des consommations électriques d’un petit bâtiment.

Répartition des consommations électriques d’un bâtiment climatisé.

CADASTRE ENERGETIQUE DU SECTEUR TERTIAIRE BELGE – Étude réalisée pour Electrabel en 1992.
Les consommations spécifiques sont déduites des consommations réelles enregistrées par Electrabel, et d’une estimation de la surface totale des bâtiments d’un secteur.

Énergie électrique

110 kWh/m²/an

Énergie thermique

220 kwh/m²/an

ISSO (Instituut voor Stimulering van Onderzoek)

Nous reprenons ci-dessous un extrait d’un vaste travail de simulation réalisé par l’ISSO aux Pays-Bas (les conditions de climat extérieur sont donc relativement comparables à ceux de nos régions). La simulation porte sur un bureau et non sur le bâtiment entier. Les résultats obtenus varient en fonction de l’orientation du bureau.
Voici les hypothèses de travail :
Le bureau de 4,1 m de façade sur 5,2 m de profondeur a une hauteur de 2,7 m. Les consignes sont de 22°C en hiver et 24°C en été. L’inertie des parois est moyenne (sol en béton, pas de faux plafond, cloisons intérieures légères, soit 59 kg/m²). Les apports internes correspondent à l’éclairage et la présence d’une personne et de son PC par zone de 12 m² (35 W/m²). Le pourcentage de vitrage par rapport à la façade est de 50 %. Les murs extérieurs sont équipés de 8 cm d’isolant. Le bureau simulé est entouré d’autres bureaux dont les consignes sont similaires (pas d’échange avec les bureaux voisins). Des stores extérieurs limitent les apports solaires à 20 % de leur valeur lorsque ceux-ci dépassent 300 W/m². Le taux de renouvellement d’air est de 3/h pour les systèmes 2 et 4, et 4/h pour le système 3. Les pertes de charge du circuit de ventilation sont de 1 600 Pa. Un échangeur de chaleur est placé sur l’air de ventilation et son rendement est estimé à 75 %. Le coût de l’humidification est intégré.

Système du bâtiment Consommations annuelles (kWh/ m² x an) Inconfort
Chauffage Refroidis-
sement
Transport
(heures
par an)
Radiateurs
+ventilation naturelle
78 à 83 1 310 à 450
Radiateurs
+ ventilation mécanique double flux
58 à 61 22 230 à 310

Radiateurs + ventilation mécanique double flux
+ rafraîchissement*
+ free cooling de nuit**

70 à 74 7 30 à 31 20 à 60

Conditionnement d’air (installation 4 tubes avec éjecto-convecteurs)

83 11 à 14 29 0

*Par « rafraîchissement » en été, on entend ici une pulsion d’air « rafraîchi » correspondant à 4 renouvellements horaires :

  • refroidi à une température de 18 °C, lorsque la température extérieure est < 23 °C.
  • refroidi à une température de (T° ext – 5°C), lorsque la température extérieure est > 23 °C.

**Par « free cooling de nuit », on entend ici une pulsion d’air extérieur de ventilation correspondant à 4 renouvellements horaires, si T° ext < T° int  et si T° int > 20°C.

La rubrique « transport » représente l’énergie des circulateurs et ventilateurs.

Par « inconfort », on entend le nombre d’heures durant la période de travail où le PMV (Vote Moyen Prédictif) des occupants serait > 0,5. Autrement dit, le nombre d’heures où l’on peut s’attendre à des plaintes du personnel… On considère que si ce nombre d’heures est inférieur à 100 heures par an, il s’agit d’une gêne temporaire tout à fait acceptable. Au-delà de 200 h/an, des mesures de refroidissement sont nécessaires pour garder un climat intérieur correct.

Les kWh de refroidissement sont ceux demandés au compresseur. Ils intègrent donc le COP de la machine frigorifique. Les besoins de froid du bâtiment seraient plus élevés.

BRE (British Research Establishment)

BRE – BUILDING RESEARCH ESTABLISHMENT Ltd

Les valeurs reprises dans le tableau ci-dessous sont issues du document « Energy Consumption guide – Energy use in offices ». Elles concernent 4 types de bâtiments de bureaux différents :
Type 1 : cellulaire, ventilé naturellement,
De taille comprise entre 100 et 3 000 m², avec un contrôle local des équipements, et une cafétéria réduite à un frigo, un évier et une bouilloire.
Type 2 : plan ouvert, ventilé naturellement
De taille comprise entre 500 et 4 000 m², généralement plus équipés, et avec un contrôle des équipements plus global.
Type 3 : standard, air conditionné
De taille comprise entre 2 000 et 8 000 m², souvent construits par des promoteurs; même type d’utilisation que pour le type 2; souvent, des protections solaires ou le type de vitrage réduit l’éclairage naturel; les chiffres sont basés sur un équipement VAV.
Type 4 : prestige, air conditionné
De taille comprise entre 4 000 et 20 000 m²; les équipements fonctionnent plus longtemps pour répondre aux différents besoins; souvent, un service de repas chaud est prévu, des locaux particuliers (informatique, communication) sont climatisés.
Pour chaque type de bâtiment, deux valeurs sont fournies, issues de l’étude d’un grand nombre de bâtiments de bureaux en Angleterre. La première, « valeur moyenne », vise plutôt les bâtiments existants. Elle ne devrait être dépassée que si l’installation est vieille, ou si elle est mal gérée. La seconde, « valeur de bonne pratique » vise les bâtiments nouveaux. Elle est établie sur base d’exemples où les équipements choisis sont efficaces énergétiquement, et l’installation bien gérée.

Bâtiment

Valeur moyenne (kWh/ m² x an) Valeur de bonne pratique (kWh / m² x an)
Chauffage
Eau chaude
Électricité Chauffage
Eau chaude
Électricité

Type 1 :
cellulaire, ventilé naturellement

150 55 78 34

Type 2 :
plan ouvert, ventilé naturellement

150 86 80 52

Type 3 :
standard, air conditionné

176 224 95 130

Type 4 :
prestige, air conditionné

200 360 105 240

SIA (Société suisse des Ingénieurs et Architectes)

Dans sa recommandation 380/1 de 1998 « L’énergie dans le bâtiment », la SIA donne des indices de dépense d’énergie concernant des bâtiments existants.
Les valeurs effectives fournies sont représentatives de bâtiments ne présentant pas de grands défauts en matière énergétique (valeurs atteintes actuellement par un tiers environ des bâtiments de bureaux suisses). Des écarts plus importants par rapport à ces valeurs de comparaison peuvent apparaître, notamment lorsqu’un ouvrage abrite des équipements techniques particuliers ou lorsque la durée d’occupation d’un immeuble est supérieure ou inférieure à la moyenne admise.

Type de bâtiment

Valeurs effectives (kWh/ m² x an)

Chauffage

Électricité
Eau chaude

A ventilation naturelle

111 35

A ventilation mécanique dans de grandes parties du bâtiment

125 69

A climatisation (par exemple, banques, sans les centres d’informatique)

139 97