Date : page réalisée sous l’hégémonie Dreamweaver

Auteur : les anciens

Notes :

11/03/09, par Julien

  • HTML -> Textes & Images
  • Corrections Antidote
  • Ajout page Commentaires

Style css des tableaux : Thibaud

Mai 2009, Sylvie :

  • mise en page

La réduction des consommations énergétiques dans la cuisine de l’ULB-Solbosch

Dans le cadre de la mise en place d’un système de gestion environnementale selon la norme ISO 14001, des mesures de consommations électriques ont été effectuées au sein de la cuisine Sodexho de l’ULB-Solbosch. Ces mesures nous permettent d’évaluer l’impact environnemental et financier des actions et investissements effectués.
La cuisine de l’ULB-Solbosch possède une chambre froide composée de 2 compartiments en enfilade. Cette chambre froide fonctionne en permanence, 24h/24h, 365 jours par an.

  

Un compartiment froid à + 4°C.

Un compartiment réfrigéré à – 10°C (chambre réfrigérée).

Habitudes d’utilisation

Lors du chargement et déchargement des compartiments, les portes restent longtemps ouvertes et provoquent un réchauffement de la température. Quelques fois le personnel oublie de fermer les portes.
La chambre la plus utilisée est la chambre froide. On ne rentre que très peu dans la chambre réfrigérée.

Actions correctives

Afin de réduire la consommation d’énergie électrique, des rideaux de protection ont été placés devant l’entrée des deux compartiments. Nous avons aussi demandé au personnel de fermer systématiquement les portes en sortant de la chambre froide, sauf en cas de chargement et déchargement de celle-ci.

Mesures

Les mesures ont été effectuées avec des chambres froides chargées à moitié.
Nous avons effectué des mesures de consommations d’énergie à l’aide d’un compteur triphasé et d’un enregistreur de consommations placé sur le tableau électrique.

MESURES kWh/24 hrs kWh/an €/an Économies (%)

Chambre froide + 4°C

sans rideaux

14 kWh 5 125 kWh 512,5 €

avec rideaux

11 kWh 4 015 kWh 402 € 25 % (112,5 €)

Chambre réfrigéré – 10°C

sans rideaux

15 kWh 5 500 kWh 550 €

avec rideaux

13,5 kWh 4 950 kWh 495 € 10 % (55 €)

Remarque : calculé sur 365 jours/an

1 kWh = 0,1 €

Conclusions

Le placement des rideaux a coûté 750 €. Nous pouvons estimer sur base des mesures effectuées que cet investissement sera remboursé d’ici quatre ans et demi.
L’impact environnemental réside dans une diminution indirecte (par les centrales électriques TGV) d’émission de CO2, principal gaz à effet de Serre, de 0,6 tonnes par an.

Au self-service du restaurant Sodexho de l’ULB-Solbosch, il existe 2 catégories de présentoirs :

   

Les présentoirs à boissons et les présentoirs alimentaires.

Le restaurant possède 2 grands et 1 petit présentoir à boissons et 2 présentoirs alimentaires. Ils sont remplis chaque matin.

Habitudes d’utilisation

Ces présentoirs ne possédaient pas de vitres de protection et étaient donc tout le temps ouverts. Cela avait pour conséquence de faire fonctionner le moteur de l’appareil sans intermittence.
Ce mode de fonctionnement a aussi une incidence sur l’usure de ces moteurs qui doivent souvent être remplacés. Le coût d’un moteur est estimé à 1 250 €.
De plus, le froid se déposait sur les plateaux des clients, ce qui refroidissait les repas.

Mesures

Nous avons effectué des mesures de consommations d’énergie à l’aide d’un compteur monophasé placé sur 1 présentoir de chaque catégorie. Des simulations ont été effectuées sur une période de 24 heures (présentoir avec vitres, sans vitres, allumés ou éteints pendant la nuit).

MESURES kWh /24hrs kWh/an €/an/comptoir Tot Cuisine €
Présentoirs boissons (1 petit – 2 grands)

avec vitres et éteints chaque nuit

7 – 9*k Wh 1 500 -2 000* 150 – 200* € 550 €

avec vitres tjrs allumés

9 – 12 kWh 2 000 -2 700* 200 – 270* € 740 €

sans vitres

18 – 24* kWh 4 000 – 5 400* 400 – 530* € 1460€
*grands présentoirs

kWh/8 hrs kWh/an €/an/comptoir Tot Cuisine €

Présentoirs alimentaires (2 présentoirs)

avec vitres 6 kWh 1 320 kWh 132,5 € 265 €
sans vitres 10 kWh 2 200 kWh 220 € 440 €

Conclusions

Le placement des vitres a coûté 625 € par présentoir. Nous pouvons estimer que celles-ci seront remboursées grâce à la réduction de la consommation électrique en trois ans et demi. Nous n’avons pas pris en compte l’éventuel remplacement de moteurs dû à l’usure de ceux-ci lorsqu’il n’y a pas de vitres.
L’impact environnemental réside dans une diminution indirecte (par les centrales électriques TGV) d’émission de CO2, principal gaz à effet de Serre, de 3 tonnes par an.
Étude réalisée par :

Marcel Van Meesche
Éco-Conseiller membre de l’ABECE
Association Belge des Éco-conseillers et Conseillers en Environnement
dans le cadre du projet « Germaine » développement d’Indicateurs de Performance Environnementale financé par les SSTC référence NN/G8/39 et dans le cadre plus global de la mise en place d’un ISO 14001 dans le restaurant universitaire Sodexho de l’ULB-Solbosch.