Date : juin 2008

Auteur : D.D.

Antidote appliqué : Thibaud

La qualité du froid, la vente, le confort et l’énergie

 

Quelques chiffres de sensibilisation

Idée des consommations énergétiques des commerces ?

Il nous paraît important de (re)préciser aux commerçants que lorsqu’ils passent le pas-de-porte de leur magasin de détail ou de leur moyenne et grande surface où le froid alimentaire est présent, ils doivent être conscients que les quantités d’énergie mises en jeu pour :

  • conserver les denrées dans les chambres froides;
  • climatiser les ateliers de boucherie par exemple;
  • refroidir tous les types de meubles frigorifiques d’exposition;

sont beaucoup plus importantes que dans les magasins dit « no food ».
ouverture d'une nouvelle fenêtre ! La Région Wallonne publie régulièrement les valeurs des consommations spécifiques par secteur d’activité. Plus particulièrement, les commerces ont des niveaux de consommation énergétique spécifique suivant le type :

Type de commerce Surface

[m²]

Consommation spécifique en électricité

[kWh/m².an]

Consommation spécifique en combustible

[kWh/m².an]

Consommation spécifique totale

[kWh/m².an]

Commerce non alimentaire 400 à 2 500 113 124 237
Commerce non alimentaire > 2 500 59 105 164
Supermarché 680 258 938
Hypermarché 361 162 523

ouverture d'une nouvelle fenêtre ! l‘ADEME en France établit des répartitions des consommations énergétiques par usage suivant les différents types de commerce :

  

Répartition des consommations pour l’ensemble du parc en France (source CEREN).

Hypermarchés [700 kWh/m².an] (source EDF).

  

Supermarchés [1 000 kWh/m².an] (source EDF).

Grandes surfaces non alimentaires [200 KWh/m².an] (source EDF).

Comparatif de vos consommations énergétiques chez vous et celle de votre commerce

Le comparatif des consommations énergétique présenté ci-dessous n’a pas pour ambition de pointer les « mauvais élèves » mais, tout simplement, de montrer quelle empreinte énergétique chacun de nous laisse aux générations futures à titre personnel et au travers des commerces que nous fréquentons tous.
Le coup de poing de cette comparaison réside dans la consommation énergétique d’un supermarché par rapport à la celle d’une maison nouvelle par exemple. En effet, dès que l’on franchit le pas d’un supermarché, on sait que l’on contribue à la multiplication des dépenses énergétiques par plus de 5. À titre indicatif, par rapport à la maison passive, les consommations énergétiques d’un supermarché sont multipliées par plus de 20.

Les quatre éléments conditionnant le froid alimentaire

En froid alimentaire, la cohabitation des quatre impératifs suivants reste toujours un exercice difficile :

  • a qualité du froid (respect des températures et temps de conservation);
  • la vente;
  • le confort du personnel et des consommateurs;
  • et l’énergie;

Pour garder un certain optimisme, à l’image de la Belgique qui reste malgré tout la championne du compromis, il est possible de combiner  :

  • une chaîne alimentaire sans risque pour les consommateurs;
  • un niveau de vente presque inchangé;
  • un confort accru des usagers;
  • une réduction des consommations énergétique.

La qualité du froid alimentaire

Le respect de la qualité du froid alimentaire ne se limite pas à la seule exposition des denrées dans les meubles frigorifiques. Il doit être aussi assuré au niveau :

  • du transfert entre le camion et les chambres de stockage;
  • du stockage;
  • du transfert entre le stockage et les meubles d’exposition;
  • et même des meubles frigorifiques vers le frigo du consommateur. Mais c’est une autre histoire !

La vente

Pour que le commerçant vive, il doit naturellement rendre les denrées attrayantes. Le problème dans le froid alimentaire est que la possibilité de sentir et de toucher les aliments représente une donnée importante au niveau « marketing ». Pour cette raison les meubles de vente frigorifiques sont souvent ouverts aux consommateurs, représentant une difficulté pour :

  • maintenir les températures de conservation;
  • réduire les consommations énergétiques;
  • assurer le confort thermique du personnel et des clients.

Le confort du personnel et des clients

Le confort thermique à proximité des meubles frigorifiques ouverts est difficile à assurer surtout en période estivale où le corps humain subit un choc thermique non négligeable. En effet, non seulement les clients sont peu vêtus, mais de plus, on peut régulièrement enregistrer les températures de l’ordre de 16°C à 1,5 m de hauteur.

L’énergie

Les meubles frigorifiques représentent de plus en plus la majorité de la facture énergétique électrique totale (30 à 50 %) des commerces. Les meubles ouverts se taillent la part du lion, car l’ambiance froide est directement ou indirectement (rideau d’air) mise en contact avec l’ambiance tempérée du reste des zones de vente (no food).
A titre d’exemple, Enertech pour le compte de l’ADEME en France a réalisé ouverture d'une nouvelle fenêtre ! le monitoring électrique complet d’un supermarché de 1 200 m² . Sur base de la consommation électrique annuelle de 255 [kWh/m².an] (bâtiment « full » électrique), la répartition des consommations énergétiques est la suivante :

(Source Enertech).

On observe que 50 % de la consommation énergétique du magasin sert à conserver les denrées.

Évaluer

Pour en savoir plus sur l’évaluation de la qualité de la chaîne du froid alimentaire, cliquez ici !
GÉRER LA SENSIBILISATION DES OCCUPANTS