Date : juin 2008
Auteur : B.J.
Sources :
  • Le dossier du CSTC « Facteur de maintenance des installations d’éclairage » écrit par Arnaud Deneyer. Cfr « Energie+2008 Eclairage 1 ».
  • Le rapport CIE 97:2005. Cfr « Energie+2008 Eclairage 1 ».
  • Les catalogues Zumtobel 2007/2008, Trilux 2007/2008, Etap 2005, le site internet de Osram et celui de Philips

Ressources liées à la p

  • Les fichiers Excel accessibles dans la partie calcul
  • Egalement des fichiers Matlab et des fichiers Word…

Commentaires

  • J’ai du faire des extrapolations sur les données…également accessible dans la farde « Energie+2008 Eclairage 1 »
  • 30-03-2009 : Application des nouveaux styles de mise en page. Julien.
Passée sous antidote?
  • Oui

29-03-2013 : mise à jour Didier D. & Olivier.

Page « hors menu ».

Le type de lampe

Il y a lieu de considérer ici sept grandes catégories de sources lumineuses  :

En ce qui concerne les deux autres types de lampes :

  • Les lampes à induction présentent un prix et une durée de vie élevés. Elles seront utilisées quand la maintenance est difficile, ou coûteuse, et dans des situations requérant de longues périodes de fonctionnement.
  • Les lampes au sodium haute pression possèdent un très mauvais IRC. Elles sont principalement utilisées pour l’éclairage des autoroutes, car l’efficacité lumineuse doit être très élevée et que le rendu des couleurs n’est pas primordial.

Du point de vue de la maintenance, les différents types de lampes vont se distinguer par leur :

  • facteur de survie
  • facteur de maintien de flux lumineux

Il est important de noter que les tables permettant de calculer le facteur de maintenance d’une installation reprennent des valeurs moyennes par catégorie de lampe. Dans les faits, il existe une grande dispersion autour de ces valeurs moyennes.

Par exemple, les halogénures métalliques possèdent les caractéristiques suivantes :

  • Une durée de vie moyenne comprise entre 10 000 et 18 000 heures et donc un facteur de survie (LSF) variant fortement d’une lampe à l’autre (la durée de vie moyenne est définie par un LSF de 0.5).

Le schéma ci-dessus montre la chute du flux lumineux de différents lots de lampes aux iodures métalliques d’un fabricant donné.

  • Une durée de vie utile comprise entre 6 000 et 10 000 heures et donc un facteur de maintien du flux lumineux variant fortement d’une lampe à l’autre (la durée de vie utile est définie par un LLMF de 0.8).

Le schéma ci-dessus indique l’évolution du pourcentage de lampes survivantes pour différents lots de lampes aux iodures métalliques d’un fabricant donné.

Les différents types de lampes sont également définis par leur efficacité moyenne. En pratique, il y aura lieu de comparer le produit de ces trois facteurs, comme le montre le graphique suivant :

Il est essentiel de garder à l’esprit que ce graphe se base sur les valeurs moyennes de l’efficacité, du facteur de maintenance du flux lumineux et du facteur de survie de chaque type de lampes.
Ce graphique montre que selon la durée de fonctionnement (avant relamping ou remplacement complet du luminaire) souhaitée, le type de lampe le plus efficace sera différent.
Par exemple si l’installation est sensée fonctionner 13 000 heures, alors le type de lampes le plus efficace (en moyenne) sera celui des fluorescentes triphosphores (1.12 fois plus efficace que les lampes sodium haute pression et 1.71 fois plus que les lampes aux halogénures métalliques).
Si le système est sensé fonctionner 3 000 heures, alors le type de lampes le plus efficace sera celui des halogénures métalliques, qui sera 1.06 fois plus efficace que le type fluorescente triphosphore et 1.25 fois plus efficace que les types flocompacte et sodium haute pression.
Il est essentiel de garder à l’esprit que les courbes donnant le pourcentage de flux lumineux restant en fonction de la durée de fonctionnement n’auront pas toutes la même allure. Ce serait donc une erreur de s’intéresser uniquement à l’efficacité lumineuse initiale des lampes.
Ce diagramme permet également de voir simplement que les lampes incandescentes classiques et halogènes possèdent de très mauvaises caractéristiques (faible efficacité, diminution rapide du flux lumineux, et facteur de survie très bas).

Calculs

Si vous voulez comparer des lampes de type différent en fonction de leur efficacité lumineuse, le fichier Excel est accessible ici !

Lampes halogènes classiques ou lampes aux halogénures métalliques

Méthodologie

L’étude présentée ici se base sur quatre étapes. Pour chacun des couples (type de maintenance, valeurs des critères de planification), il y a lieu :

  1. de déterminer les valeurs du facteur de survie des lampes choisies en fonction de la durée de vie annoncée par le constructeur ;
  2. de déterminer la valeur du facteur de maintenance, des intervalles de nettoyage, de la périodicité du relamping. Cette étape est réalisée à l’aide de deux fichiers Excel ;
  3. dimensionner l’installation (nombre de luminaires, de lampes, puissance installée) grâce à un logiciel tel que Dialux ;
  4. faire l’étude économique du système à l’aide d’un troisième fichier Excel.

Données du problème

  • Coût moyen du kWh (prix en mars 2006, pour une consommation électrique située entre 100 et 700 MWh) : 0.104 €/kWh.
  • Coût de la main-d’œuvre : 30 €/h.
  • Durée de l’intervention :
    • 30 minutes par lampes dans le cas d’un remplacement curatif, ce qui conduit à un coût de remplacement de 15 €/lampe ;
    • 10 minutes par lampes dans le cas d’un remplacement préventif, ce qui conduit à un coût de remplacement de 5 €/lampe ;
    • 1 h par luminaire à installer, ce qui conduit à un coût d’installation de 30 €/luminaire

Les prix repris ici sont HTVA et correspondent à des types de lampes et de luminaires bien précis. Ils devront donc être adaptés en fonction des choix du responsable.

En ce qui concerne le prix moyen du kWh d’électricité, celui-ci varie en fonction de la consommation totale d’électricité. Pour en savoir plus à ce sujet, une étude réalisée par l’ICEDD disponible sur le site de la CWaPE permet de déterminer la valeur du kWh moyen en fonction de la tranche de consommation totale.

Caractéristiques du système

  • Dimensions du local : 7*6*2.8 m³.
  • Catégorie d’environnement : propre.
  • Durée de fonctionnement par an : 2 580 h.
  • Facteurs de réflexion des parois du local (valeur standard) :
    • Plafond : 0.7
    • Murs : 0.5
    • Sol : 0.2.
  • Luminaires utilisés :
    • Luminaires à ventilation forcée de type downlight pouvant accueillir des lampes halogènes ou des lampes à halogénures métalliques
  • Pas de nettoyage des parois du local.
  • Intervalle de temps entre deux nettoyages successifs des luminaires : 1 an. Ceci correspond (pour les luminaires choisis et la catégorie d’environnement) à un facteur de maintenance des luminaires de 0.99.

Comme dit précédemment, pour être efficace, le nettoyage des parois doit être effectué tous les 0.5 ans. Cette option ne semblant pas être envisageable en pratique, nous considérons que ce nettoyage n’est pas effectué.

Hypothèses

Nous supposons ici que l’appareillage électrique reste en état de fonctionnement durant toute l’étude.

Dans le cas d’une maintenance curative, nous considérons que les lampes hors services sont remplacées juste avant la fin de chaque intervalle de 1 000 heures.

Les lampes utilisées

Comme dit précédemment, les luminaires choisis ici peuvent aussi bien accueillir des halogènes ou des halogénures métalliques. Les luminaires, peu importe le type de lampes qu’ils accueillent, présentent le même rendement et la même courbe photométrique (distribution à caractère intensif).

Si la topologie du système d’éclairage est imposée par des critères esthétiques, il y a lieu de choisir des lampes possédant des flux lumineux équivalents. Ce choix est de plus conforté par le fait que nous utiliserons le même type de luminaire et donc la même courbe photométrique (à peu de chose près) à caractère intensif. Augmenter le flux des lampes aura pour conséquence première d’augmenter l’éclairement dans l’axe du luminaire et ne permettra donc pas d’utiliser moins de luminaires.

Notre choix se portera donc sur les lampes suivantes :

Lampe halogène
Lampe aux halogénures métalliques
Puissance luminaire (W)
300
82
Flux lumineux (lm)
5 600
5 900
Efficacité lumineuse (lm/W)
18.67
71.95
Température de couleur (K)
2 900
4 200
Indice de rendu des couleurs
100
85
Durée de vie moyenne (h)
2 000
9 000
Prix lampe (€ HTVA)
5.36
28
Prix luminaire (€ HTVA) 147
159.25

Programme 1 : Remplacement préventif des lampes avant que le facteur LLMF*LSF descende sous la barre des 0.9

Il n’est malheureusement pas possible de satisfaire ce critère avec les lampes halogènes, à moins de les remplacer tous les 4 mois.

Programme 2 : Remplacement préventif des lampes avant que le facteur LLMF*LSF descende sous la barre des 0.76

> Système réalisé à base de lampes halogènes

Dans ce cas, il est nécessaire de réaliser un relamping tous les 6 mois.

Avant le relamping, 22 % des lampes seront hors services.

La valeur minimale de LLMF*LSF est de 0.76.

Dans ce cas, les facteurs permettant le calcul du facteur de maintenance sont :

LLMF
0.97
LSF
0.78
LMF
0.99
RSMF
0.94
MF
0.7
Simulation dialux

L’installation sera composée de :

  • 8 luminaires
  • 8 lampes

Caractéristiques du système :

  • Puissance installée : 2 400 W
Étude économique du système
Investissement
Achat des luminaires 8*147 = 1 176 €
Achat des lampes 8*5.36 = 42.88 €
Installation des luminaires 8*30 = 240 €
Total
1 458.88
Coût de fonctionnement
Énergie consommée par le système 2 400*2.58 = 6 192 kWh/an
Coût de la consommation électrique 6 192*0.103 = 637.776 €/an
Coût de fonctionnement 637.776 €/an
Coût de la maintenance
Achat lampes 8*5.36 = 42.88 €
Remplacement lampes 8*5 = 40 €
Total sur 0.5 an 82.88 €
Total par an
165.76 €/an

> Système réalisé à base de lampes à halogénures métalliques

Dans ce cas, il est nécessaire de réaliser un relamping tous les 1.5 ans.

Avant le relamping, 9.51 % des lampes seront hors services.

La valeur minimale de LLMF*LSF est de 0.81.

Dans ce cas, les facteurs permettant le calcul du facteur de maintenance sont :

LLMF 0.89
LSF
0.90
LMF 0.99
RSMF 0.94
MF 0.75
Simulation dialux

L’installation sera composée de :

  • 8 luminaires
  • 8 lampes

Caractéristiques du système :

  • Puissance installée : 656 W
Étude économique du système
Investissement
Achat des luminaires 8*159.25 = 1 274 €
Achat des lampes 8*28 = 224 €
Installation des luminaires 8*30 = 240 €
Total
1 738
Coût de fonctionnement
Énergie consommée par le système 656*2.58 = 1 692.48 kWh/an
Coût de la consommation électrique 1 692.48*0.103 = 174.325 €/an
Coût de fonctionnement 216.197 €/an
Coût de la maintenance
Achat lampes 8*28 = 224 €
Remplacement lampes 8*5 = 40 €
Total sur 1.5 an 264 €
Total par an
176 €/an
Comparaison

Cet exemple montre à quel point les halogènes donnent des résultats médiocres tant du point de vue énergétique qu’économique. L’utilisation d’halogénures métalliques à leur place permet de diminuer la consommation énergétique du système de près de 75 %. Et cela, pour un surcoût à l’investissement d’environ 230 €.

Il est à noter que les 5 % gagné sur la valeur du facteur de maintenance n’ont pas permis de réduire le nombre de luminaires. Cela est dû à la topologie du système (disposition rectiligne, dimensions du local…) et à la nécessité de satisfaire les critères de confort visuel (un facteur de maintenance de 0.84 aurait permis de limiter le nombre de luminaires à halogénures métalliques à 6).

Cela montre bien que la planification de la maintenance ne se limite pas à la détermination du facteur de maintenance. Elle permet également de déterminer la périodicité de la maintenance et les coûts qui lui sont liés. Dans le cas qui nous occupe, les surcoûts rattachés à l’achat d’halogénures métalliques, une dizaine d’euros par an, sont largement compensés par la diminution de la facture électrique.

Comme le montre le graphique suivant, l’utilisation d’halogénures métalliques plutôt que d’halogènes est rentabilisée en un an. On aura ainsi économisé (investissement compris) 160 € en un an, 922 en deux.

Les résultats calculés ici se basent sur l’emploi de lampes aux halogénures métalliques possédant une dure de vie moyenne (9 000 heures) assez faible si on la compare aux standards de sa catégorie. En effet, la plupart des halogénures métalliques possèdent une durée de vie moyenne de 18 000 heures.

Ces lampes présentent tout de même un bon indice de rendu des couleurs ainsi qu’une température de couleur plus proche de celle de la lumière naturelle.

Les fichiers ayant permis la réalisation de cette étude sont accessibles ici :

Calculs

Pour apprendre à utiliser les fichiers Excel permettant de planifier la maintenance, cliquez-ici !

Calculs

Pour déterminer les valeurs du facteur de survie catalogue, cliquez ici !

Calculs

Pour planifier une maintenance préventive ou mixte, cliquez ici !

Le graphique suivant montre qu’il existe une grande dispersion autour de ces valeurs moyennes :

Pour finir, il ne faut pas oublier que d’autres facteurs jouent également dans le choix d’une lampe :

Le type de luminaire

Il y a lieu de considérer ici 7 grandes catégories de luminaires :

Tube nu.

Luminaires ouverts sur le dessus
(ventilés naturellement).

Luminaires fermés sur le dessus
(non ventilés).

Luminaires fermés IP2X,
protégés contre les corps solides
supérieurs à 12 mm.

Luminaires fermés IP5X,
protégés contre la poussière.

Luminaires assurant
un éclairage indirect
ou vers le haut.

Luminaires à ventilation forcée.

Le choix du type de luminaire revêt d’une importance capitale, surtout dans les locaux de catégorie « normal  » et « sale « . Ce choix influence directement la valeur du facteur de maintenance des luminaires (LMF).

Par exemple, si la catégorie d’environnement est sale et que les luminaires sont nettoyés tous les 3ans, les pertes engendrées par l’empoussièrement de ceux-ci seront de :

  • 15 % si l’on utilise des luminaires à ventilation forcée.
  • 21 % si l’on utilise des luminaires fermés IP5X.
  • 27 % si l’on utilise des tubes nus.
  • 32 % si l’on utilise des luminaires ouverts sur le dessus (ventilés naturellement).
  • 35 % si l’on utilise des luminaires fermés IP2X.
  • 48 % si l’on utilise des luminaires fermés sur le dessus (non ventilés).
  • 55 % si l’on utilise des luminaires assurant un éclairage indirect ou vers le haut.

Pour un même intervalle de nettoyage des luminaires, mais pour un environnement normal cette fois, les pertes engendrées seront de :

  • 10 % si l’on utilise des luminaires à ventilation forcée.
  • 16 % si l’on utilise des luminaires fermés IP5X.
  • 21 % si l’on utilise des tubes nus.
  • 26 % si l’on utilise des luminaires ouverts sur le dessus (ventilés naturellement).
  • 27 % si l’on utilise des luminaires fermés IP2X.
  • 39 % si l’on utilise des luminaires fermés sur le dessus (non ventilés).
  • 45 % si l’on utilise des luminaires assurant un éclairage indirect ou vers le haut.

Pour un environnement propre, les pertes vont de 5 à 26 % et pour un très propre de 2 à 15 %.

En règle générale, le classement des luminaires en fonction du facteur de maintenance (LMF) donnera :

Type de luminaire
LLMF moyen
Luminaires à ventilation forcée. 0.948
Luminaires fermés IP5X, protégés contre la poussière. 0.890
Tube nu. 0.874
Luminaires ouverts sur le dessus (ventilés naturellement). 0.845
Luminaires fermés IP2X, protégés contre les corps solides supérieurs à 12 mm. 0.820
Luminaires fermés sur le dessus (non ventilés). 0.781
Luminaires assurant un éclairage indirect ou vers le haut. 0.757

Comme dans le cas du choix du type de lampe à utiliser, il y a lieu de faire attention au rendement des luminaires. Il est cependant plus difficile ici de tirer des conclusions générales étant donné la dispersion de la valeur des rendements dans une gamme donnée.

Le système d’éclairage

On distingue ici trois types de systèmes d’éclairage :

  • Les systèmes directs.
  • Les systèmes indirects.
  • Les systèmes mixtes.

Pour ce qui est des systèmes mixtes, il existe théoriquement une infinité de possibilités. Nous ne nous occuperons ici que des trois cas types suivants :

  • Cas 1 : 100 % direct, 0 % indirect.
  • Cas 2 : 50 % direct, 50 % indirect.
  • Cas 3 : 0 % direct, 100 % indirect.

Du point de vue de l’énergie, plus la composante directe de l’éclairage est importante et plus l’efficacité du système est grande. En effet, dans un système à composante indirecte non nulle, avant d’atteindre la tâche à éclairer, la lumière est réfléchie. Ce mode d’éclairage a donc un moins bon rendement et demande, à niveau d’éclairement égal, une puissance installée supérieure à celle du système direct.
L’éclairement dépend dans ce cas fortement des coefficients de réflexion des parois sur lesquelles la lumière est réfléchie. L’état de propreté des parois aura donc une influence directe sur les valeurs d’éclairement atteintes (via le RSMF), comme le montre l’exemple suivant :

Exemple montrant l’influence du système d’éclairage sur les valeurs de RSMF à utiliser.

 

Soit un système possédant les caractéristiques suivantes :

  • Environnement normal
  • Facteurs de réflexion des parois du local (valeurs standards) :
    • Plafond : 0.7
    • Murs : 0.5
    • Sol : 0.2

Les valeurs de RSMF vont alors suivre les évolutions suivantes :


Si on planifie un nettoyage des parois tous les 3 ans, les pertes engendrées par l’empoussièrement du local seront de :

  • 10 % dans le cas d’un système d’éclairage direct
  • 17 % dans le cas d’un système d’éclairage 50 % indirect et 50 % direct
  • 28 % dans le cas d’un système d’éclairage indirect

Il est à noter que du point de vue du confort, l’utilisation d’un système d’éclairage mixte va conduire à des différences de luminance nettement moins marquées que dans le cas d’un éclairage direct. Le système mixte est surtout avantageux dans des pièces à plafond haut et évite la perception d’une zone sombre au plafond. Il est cependant nécessaire de garder à l’esprit qu’une faible proportion de flux vers le haut suffit généralement et qu’une proportion de 50 % vers le haut est certainement une valeur trop importante.
À ce sujet, il peut être intéressant de se tourner vers les réglementations. Celle relative aux lieux de travail indique que pour un éclairement de la tâche de 500 lux, les zones environnantes immédiates (bande de 0.5 m autour de la zone de travail) doivent présenter un éclairement de 300 lux, soit 60 % de la première valeur. Il est donc évident que l’éclairement du plafond devra être largement inférieur à 50 % de la valeur d’éclairement de la tâche. La composante indirecte ne devra servir qu’à éviter la création d’une ombre sur le plafond.

La catégorie d’environnement

Catégorie d’environnement

Les coefficients de réflexion des parois d’un local jouent un rôle important sur l’éclairage. L’empoussièrement de celui-ci va conduire à la réduction des facteurs de réflexion du local, et donc à la réduction du niveau d’éclairement atteint. Cette déperdition va dépendre :

  • des proportions du local
  • du facteur de réflexion de chacune des parois du local
  • du type d’éclairage choisi (direct, indirect…)
  • et surtout de la catégorie d’environnement dans laquelle on se trouve (la nature et la densité de la poussière étant des facteurs prépondérants)

On distingue quatre catégories d’environnement :

Très propre Hôpitaux (zones d’interventions), centres informatiques.
Propre Bureaux, écoles, hôpitaux (zones communes), magasins, laboratoires, restaurants, salles de conférence.
Normal Salles d’assemblage.
Sale Ateliers mécaniques, fonderies, laboratoires chimiques.

Le type d’environnement a une grande importance, mais il ne résulte malheureusement pas vraiment d’un choix.

Par exemple pour un système possédant les caractéristiques suivantes :

  • Facteurs de réflexion des parois du local (valeur standard) :
    • Plafond : 0.7
    • Murs : 0.5
    • Sol : 0.2
  • Système d’éclairage 50 % direct, 50 % indirect
  • Nettoyage des  parois du local tous les deux ans

Les pertes du à l’empoussièrement des parois seront de :

Soit en résumé :

  • 5 % dans le cas d’un environnement très propre
  • 9 % dans le cas d’un environnement propre
  • 17 % dans le cas d’un environnement normal
  • 25 % dans le cas d’un environnement sale

La catégorie d’environnement va donc influencer directement la valeur du facteur de maintenance du local (RSMF). Mais comme le montre le graphique précédent, de manière générale, pour être efficace, le nettoyage des parois doit être effectué tous les 0.5 ans. Ce qui dans la pratique ne semble pas envisageable.
La catégorie d’environnement joue également sur le taux d’encrassement des luminaires. Si l’on analyse plus en détail l’évolution du facteur de maintenance des luminaires (LMF) on s’aperçoit qu’il est intéressant de pratiquer un nettoyage des luminaires tous les 6 mois, comme le montre le graphe suivant (catégorie d’environnement « sale « ) :

Le nombre d’heure de fonctionnement

Le tableau suivant indique, dans le cadre d’activités typiques, le nombre d’heures de fonctionnement de l’installation d’éclairage :

Activité Période d’occupation Gestion en fonction de la lumière du jour Heures de fonctionnement
Shift inclus Nombre de jours Heures/jour Oui/non Heures/an
Industrie
  Continu

365

24

Non

8760

  Process

365

24

Oui

7300

  2 shifts

310

16

Non

4960

  6 jours/semaine

310

16

Oui

3720

  1 shift

310

10

Non

3100

  6 jours/semaine

310

10

Oui

1760

  1 shift

258

10

Non

2580

  5 jours/semaines

258

10

Oui

1550

Commerce
  6 jours/semaine

310

10

Non

3100

Bureaux
  5 jours/semaine

258

10

Non

2580

258

10

Oui

1550

Écoles
  5 jours/semaine

190

10

Non

1900

190

10

Oui

1140

Hôpitaux
  7 jours/semaine

365

16

Non

5840

365

16

Oui

3504

Planification du programme de maintenance

Pour chaque topologie, il est nécessaire de réaliser une étude permettant de définir quel sera le type de programme à appliquer (maintenance curative, maintenance préventive, mix de ces deux programmes). Cette étude permettra de définir, en plus du type de maintenance optimal :

  • L’intervalle de temps entre deux relamping
  • L’intervalle de temps entre deux nettoyages consécutifs des parois
  • L’intervalle de temps entre deux nettoyages consécutifs des luminaires

Cela dans le but d’optimiser la valeur du facteur de maintenance.
Comme vu précédemment certaines caractéristiques du système ne résultent pas d’un choix de l’utilisateur. C’est le cas notamment :

  • de la catégorie d’environnement
  • du nombre d’heures de fonctionnement de l’installation

Pour diminuer la consommation électrique du système d’éclairage, il est néanmoins possible de jouer :

  • Sur le type de lampes utilisé
  • Sur le type de luminaires utilisé
  • Sur le système d’éclairage utilisé
  • Et dans une certaine mesure sur les coefficients de réflexion des parois du local

Dans la suite de cette page, vous trouverez le résumé d’une telle étude. Celle-ci a été réalisée dans le cas d’un système d’éclairage comprenant des lampes fluorescentes triphosphores.
Pour accéder à l’étude complète, est accessible dans la page « Exemple de choix du programme ».

Calculs

Pour apprendre à utiliser les fichiers Excel permettant de planifier la maintenance, cliquez ici !

Calculs

Pour accéder au fichier Excel permettant de planifier une maintenance préventive, cliquez ici !

Calculs

Pour accéder au fichier Excel permettant de planifier une maintenance mixte (curative et préventive), cliquez ici !

Exemple de planification de la maintenance

Méthodologie

L’étude présentée ici se base sur trois étapes. Pour chacun des couples (type de maintenance, valeurs des critères de planification), il y a lieu :

  1. de déterminer la valeur du facteur de maintenance, des intervalles de nettoyage, de la périodicité du relamping. Cette étape est réalisée à l’aide de deux fichiers Excel.
  2. dimensionner l’installation (nombre de luminaires, de lampes, puissance installée) grâce à un logiciel tel que Dialux.
  3. faire l’étude économique du système à l’aide d’un troisième fichier Excel.

Données du problème

  • Coût moyen du kWh (prix en mars 2006, pour une consommation électrique située entre 100 et 700 MWh) : 0.104 €/kWh
  • Coût de la main-d’œuvre : 30 €/h
  • Durée de l’intervention :
    • 30 minutes par lampes dans le cas d’un remplacement curatif, ce qui conduit à un coût de remplacement de 15 €/lampe
    • 10 minutes par lampes dans le cas d’un remplacement préventif, ce qui conduit à un coût de remplacement de 5 €/lampe
    • 1 h par luminaire à installer, ce qui conduit à un coût d’installation de 30 €/luminaire

Les prix repris ici sont HTVA et correspondent à des types de lampes et de luminaires bien précis. Ils devront donc être adaptés en fonction des choix du responsable.

En ce qui concerne le prix moyen du kWh d’électricité, celui-ci varie en fonction de la consommation totale d’électricité. Pour en savoir plus à ce sujet, une étude réalisée par l’ICEDD disponible sur le site de la CWaPE permet de déterminer la valeur du kWh moyen en fonction de la tranche de consommation totale.

Caractéristiques du système

  • Dimensions du local : 20*15*2.8 m3
  • Catégorie d’environnement : normale
  • Durée de fonctionnement par an : 3100 h
  • Facteurs de réflexion des parois du local (valeurs standards) :
    • Plafond : 0.7
    • Murs : 0.5
    • Sol : 0.2
  • Lampes utilisées :
    • Type : fluorescente triphosphore
    • Coût hors taxe :6.85 €/lampe
    • Puissance : 28 W/lampe
  • Luminaires utilisés :
    • Luminaires ouverts sur le dessus (ventilés naturellement)
    • Coût hors taxe : 150 €/luminaire
    • Puissance (lampe incluse) : 32 W/luminaires
  • Pas de nettoyage des parois du local
  • Intervalle de temps entre deux nettoyages succ
    2019-05-28T14:40:06+00:009 octobre, 2007|Planifier la maintenance|

    Laissez-nous un message