Date : page réalisée sous l’hégémonie Dreamweaver

Auteur : les anciens

Notes :

19/03/09, par Julien

  • Corrections Antidote
  • Ajout page Commentaires
  • Winmerge : ok – Sylvie
  • Mise en page [liens internes, tdm, en bref !, passage général sur la mise en page de la feuille] – Sylvie

En Belgique le cadre normatif est actuellement assez pauvre en matière de traitement de l’air en milieu hospitalier. Les choses bougent, c’est clair, mais pas assez vite! La seule référence au RGPT ne suffit plus là où les règles sur l’air hygiénique établies dans le cadre d’un travail doivent être associées aux règles de maîtrise de la biocontamination
Les responsables techniques et les bureaux d’étude en techniques spéciales ont besoin de repaires afin de s’assurer la maîtrise du risque de biocontamination. Dans la pratique, cette maîtrise se traduit souvent par la recherche et le mélange de différentes réglementations et normes en vigueur dans le monde afin de se rapprocher d’une certaine « philosophie » de l’hygiène hospitalière (ASHRAE, ISO, DIN, HACCP,…).
La norme française NF S90-351, elle, précise les exigences hygiéniques pour la conception, la construction, l’exploitation, la maintenance et les procédés d’utilisation des installations de traitement et de maîtrise de l’air dans les établissements de santé et plus particulièrement dans les secteurs ou zones interventionnels, opératoires, de soins intensifs et réanimation, soins protégés (immunodéprimés, dialysés, …), pharmacie, stérilisation, laboratoires, … Bref, un condensé des différentes normes européennes qui s’applique bien au traitement de l’air dans les bâtiments de santé.

INTRODUCTION

1 Domaine d’application
2 Références normatives
3 Termes et définitions
3.1 Zones
3.2 Contaminants et risques
3.3 Eléments techniques
4 Définition du projet d’investissement
4.1 Spécification des exigences
4.2 Planification et conception
5 Réalisation et qualifications
5.1 Construction et mise en fonctionnement
5.2 Qualifications
6 Conditions d’exploitation
6.1 Généralités
6.2 Documents de l’installation
6.3 Mode d’emploi opérationnel
6.4 Instructions pour la surveillance des performances
6.5 Programme et obligation de maintenance
6.6 Journal de maintenance

ANNEXE A (informative) Principe de maîtrise et de séparation

A.1 Zone à contamination maîtrisée
A.2 Régimes d’écoulement de l’air
A.3 Perturbation d’un flux d’air unidirectionnel
A.4 Principes de maîtrise de la contamination
A.5 Principes de réalisation d’une séparation entre des salles propres et zones propres

ANNEXE B (normative) Classification de la propreté des salles propres et des zones propres

B.1 Classes de propreté particulaires
B.2 Classes des cinétiques de décontamination particulaire
B.3 Classes de propreté bactériologique (hors présence humaine et état d’occupation au repos)
B.4 Performances techniques selon les niveaux de risques dans les établissements de santé (hors présence humaine et état d’occupation au repos)

ANNEXE C (normative) Gestion des étapes de qualification

C.1 Acceptation de l’avant-projet et des études
C.2 Réglage, essais et qualifications
C.3 Documentation

ANNEXE D (informative) Construction et matériaux

D.1 Sélection des matériaux
D.2 Considérations pour des composants particuliers
D.3 Construction et assemblage

ANNEXE E (normative) Maîtrise de l’ambiance des salles propres

E.1 Conception
E.2 Température et humidité
E.3 Éclairage
E.4 Niveaux sonores

ANNEXE F (normative) Maîtrise de la propreté de l’air

F.1 Généralités
F.2 Systèmes de traitement de l’air
F.3 Hygiène et environnement
F.4 Économie d’énergie
F.5 Protection des réseaux et filtres provisoires
F.6 Emballage et transport des filtres à très haute efficacité
F.7 Étanchéité et calorifugeage des gaines et des réseaux
F.8 Montage des filtres à très haute efficacité
F.9 Essais et contrôles

ANNEXE G (informative) Lignes directives pour la détermination des exigences devant faire l’objet d’un accord entre l’acheteur/l’utilisateur et le concepteur/fournisseur

F.1 Généralités
F.2 liste des exigences
F.3 Listes des spécifications des exigences essentielles d’un projet
F.4 Référence à l’article 4

BIBLIOGRAPHIE

La norme NF S90-351 se réfère à toute une série de normes européennes classiques en matière de traitement de l’air hygiénique des bâtiments classiques mais surtout aux normes suivantes:
  • la série des ISO 14644 : salles propres et environnements maîtrisés apparentés :
    • Partie 1 : classification de la propreté de l’air;
    • partie 2 : spécifications pour les essais et la surveillance en vue de démontrer le maintien de la conformité avec ISO 146644-1;
    • partie 4 : conception, construction et mise en fonctionnement;
    • partie 5 : exploitation.
  • la série des ISO 14698 : salles propres et environnements maîtrisés apparentés: maîtrise de la biocontamination
    • Partie 1 : principes généraux;
    • Partie 2 : Évaluation et interprétation des données de biocontamination

  • salles propres : local physique où on maîtrise la concentration particulaire, la température, l’humidité et la pression;
  • zones propres : espace dans un local où on maîtrise la concentration particulaire, la température, l’humidité et la pression;
  • zones à risque : espace restreint où des individus, des produits, des matériaux présentent une vulnérabilité par rapport à la biocontamination;
  • air neuf: air pris à l’air libre hors des sources de pollution;
  • taux d’air neuf : débit d’air neuf soufflé dans le local/volume du local
  • taux de recyclage : débit d’air recyclé dans le local/ volume du local
  • taux de renouvellement ou taux de brassage: débit d’air soufflé dans le local (air neuf + air recyclé)/volume du local.

A2. Régime d’écoulement de l’air

Il y a lieu de distinguer deux régimes d’écoulement de l’air:

  • unidirectionnel où le flux d’air s’écoule selon un axe soit vertical, soit horizontal de manière à se rapprocher ou obtenir un flux laminaire.Ce genre de configuration se rencontre dans les salles de classe ISO 5.
  • non unidirectionnel ou mixte où le flux d’air ne s’écoule pas nécessairement de manière rectiligne. Quant à ce type de flux, on le trouve dans les salles de type ISO 6 avec une configuration de plafond soufflant.
Flux unidirectionnel
Flux non unidirectionnel ou mixte
Flux unidirectionnel
Flux non unidirectionnel ou mixte

B1. Classes de propreté particulaires

selon l’ISO 14644-1:1999

Numéro de classification

ISO

Concentrations maximales admissibles (particules/m³ d’air) en particules de taille > à celles données ci-dessous
0.1µm 0.2µm 0.3µm 0.5µm 1µm 5µm
Classe ISO 1 10 2
Classe ISO 2 100 24 10 4
Classe ISO 3 1 000 237 10 35 8
Classe ISO 4 10 000 2 370 1 020 352 83
Classe ISO 5 100 000 23 700 10 200 3 520 832 29
Classe ISO 6 1 000 000 237 000 102 000 35 200 8 320 293
Classe ISO 7 352 000 83 200 2 930
Classe ISO 8 3 520 000 832 000 29 300
Classe ISO 9 35 200 000 8 320 000 293 000

B3. Classes de propreté bactériologique (hors présence humaine et état d’occupation au repos

Classe bactériologique Concentration maximale en nombre de particules viables par mètre cube

(ucf/m³)

B 100 100
B 10 10
B 5 5
B 1 < 1

B4. Performances techniques selon les niveaux de risques dans les hôpitaux (hors présence humaine et état d’occupation au repos)

Etablir le niveau de performance de la zone et le dimensionnement de l’installation du traitement de l’air:

Objectifs Moyens
Hors présence humaine et en présence d’équipements immobiliers En activité
Désignation de la zone Classe particulaire de la zone à protéger Niveau cible de la classe de cinétique de décontamination particulaire à 0.5µm Niveau cible de la classe bactériologique de la zone à protéger Température de l’air (sauf besoins spécifiques) Taux d’humidité de l’air Pression acoustique maximale Régime d’écoulement de la zone à protéger Taux de renouvellement de l’air de la salle
Zone 4 ISO 5

<3 500 particules

> 0.5 µm/m³ d’air

CP 10 B 10 19° à 26°C 45 à 65 % 48 dB Flux unidirectionnel > 50 volumes/heure
Zone 3 ISO 7

<350 000 particules

> 0.5 µm/m³ d’air

CP 20 B 10 19° à 26°C 45 à 65 % 45 dB Flux unidirectionnel et non unidirectionnel > 25 à 30 volumes/heure
Zone 2 ISO 8

<3 500 000 particules

> 0.5 µm/m³ d’air

CP 20 B 100 19° à 26°C 45 à 65 % 40 dB Flux non unidirectionnel > 15 à 20 volumes/heure
Zone 1 Locaux non spécifiques 35 dB

F2. Système de traitement de l’air

Afin de sélectionner les éléments du système de traitement d’air et entre autres les filtres, trois étages d’épuration de l’air sont recommandés :

  • à l’entrée de la centrale, on protègera la centrale par un préfiltre de classe minimale F6. Si l’environnement extérieur le nécessite, il est nécessaire de rajouter un filtre sur l’air neuf.
  • en sortie de centrale, on protègera le réseau de distribution aéraulique contre la contamination par le placement d’un filtre d’efficacité minimale F7;
  • à l’entrée de la zone contrôlée, c’est là que l’on place le filtre à haute performance de filtration (HEPA, ULPA) d’une efficacité minimale H13.

Remarque.

Si le processus utilise le recyclage d’une partie de l’air de la salle ou d’une zone propre, le volume d’air extrait doit être réintroduit dans la même salle ou zone afin d’éviter les contaminations croisées. L’air à la sortie de la salle, au niveau des grilles d’extraction doit être aussi filtré de manière à garder le réseau d’extraction à un niveau de contamination acceptable et ce au moyen d’un filtre de classe F5.
Le débit d’air de la centrale doit correspondre au débit nominal de la chaine de filtration pour assurer un traitement efficace de l’air. Si le système est à débit variable, le dispositif doit être à même de compenser les pertes de charge des filtres dues au colmatage.

F4. Hygiène et environnement

Pour contribuer à la limitation de la consommation d’énergie, l’encrassement des batteries, la diminution des débits et l’augmentation des pertes de charge doivent être surveillés et limités.
En période d’inactivité dans la salle ou zone propre, on peut diminuer les dépenses énergétiques en réduisant le débit d’air dans cette salle ou zone jusqu’à 6 volumes/heures et out en maintenant la hiérarchie des pressions.