Eté 2008 : Brieuc.
22-10-2008 : 1er passage de mise en page [liens internes, tdm, en bref !, rapide passage général sur la mise en page de la feuille] – Sylvie
22-10-2008 : WinMerge ok – Sylvie
30-03-2009 : Application des nouveaux styles de mise en page. Julien.
08-03- 2013 : actualisation, Didier D et Olivier

Comment fonctionne une lampe halogène ?

La lampe halogène fonctionne sur le même principe qu’une lampe à incandescence : elle produit de la lumière visible à partir d’un filament de tungstène porté à incandescence. Pour éviter une dégradation très rapide du filament, celui-ci est placé dans une ampoule à verre de quartz (pour les hautes températures) renfermant des gaz halogénés à haute pression comme l’iode et le brome.

A la différence de la lampe à incandescence, les atomes de tungstène expulsés du filament par sublimation sont captés par le gaz halogène évitant le dépôt du tungstène sur la paroi intérieure de l’ampoule.
En effet, les atomes de tungstène et les halogènes forment directement des halogénures de tungstène qui par convection naturelle se déplace librement et migre vers le filament plutôt que vers le point froid que constitue la paroi intérieure de l’ampoule de verre.
Sous l’effet de la chaleur, les halogénures de tungstène se dissocient permettant aux atomes de tungstène de se fixer sur le filament et les halogènes d’être libres pour le cycle suivant.
Cette caractéristique de la lampe halogène lui permet de travailler avec une surface d’ampoule beaucoup plus petite.

La lampe halogène fonctionne soit à très basse tension (12 V par exemple), soit à la tension du réseau (230 V).

Suivez-nous désormais sur LinkedIn afin de recevoir les dernières informations sur le sujet :

nous suivre su linkedIN

Types et caractéristiques générales

Lampe à la tension du réseau

À la tension du réseau 230 V, la lampe est directement raccordée au réseau. Lorsqu’elle possède un culot à visser, elle peut directement remplacer une lampe à incandescence.

Lampe à très basse tension

En très basse tension, la lampe doit être raccordée au réseau 230 V au moyen d’un transformateur.
Par rapport à la lampe « tension du réseau », l’efficacité énergétique d’une lampe à très basse tension est plus élevée, mais son équipement est plus contraignant (il faut un transformateur) et en cas de dimming, le gradateur est plus compliqué…
Remarque : une lampe basse tension ne consomme pas moins qu’une lampe alimentée en 230 V. C’est sa puissance qui est déterminante. Ainsi, une lampe 50 Watts-25 Volts et une lampe 50 Watts-230 Volts consomment toutes deux 1 kWh en 20 heures de fonctionnement.

Les lampes à très basse tension sans réflecteur

Il faut éviter de toucher cette lampe (la capsule) : une trace de graisse provoque la destruction de la lampe lors de l’allumage (par mesure de précaution, frotter la lampe à l’alcool avant l’emploi).

Les lampes à très basse tension avec réflecteur

Ce type de lampe, plus connue sous le nom de lampe « dichroïque », est directement équipé d’un réflecteur performant.

Gradation du flux lumineux

La gradation du flux lumineux (dimming) est possible par variation de la tension d’alimentation.
À sa tension nominale, la lampe halogène ne noircit pas avec le temps. Il n’y a donc pas de diminution du flux lumineux avec l’âge.
Par contre, le fonctionnement des lampes halogènes à très basse tension provoque, lui, un noircissement de l’ampoule. Pour remédier à cet inconvénient, il est conseillé de faire fonctionner de temps en temps les lampes à leur tension nominale pour rétablir le cycle halogène.

Traitement de la chaleur émise par la lampe

Toutes les sources lumineuses à incandescence produisent des ondes visibles, mais aussi des ondes infrarouges (chaleur) pouvant créer un problème dans le cas d’éclairage de produits alimentaires ou d’étoffes fragiles. Le réflecteur dichroïque peut sélectionner les diverses ondes de lumière et ne réfléchir que les ondes du spectre visible. Les ondes infrarouges sont, à l’inverse, filtrées par le réflecteur. Une lampe à réflecteur dichroïque rejette donc les rayons infrarouges vers l’arrière.

Données

pour connaitre les caractéristiques des lampes halogènes :  cliquez ici !

Données

pour consulter un récapitulatif des caractéristiques des différents types de lampe : cliquez ici !

Itinéraire d’une fin programmée

Petit à petit les lampes inefficaces sont retirées du marché.
Actuellement, certaines lampes halogènes échappent au retrait du marché. Ce sont essentiellement les lampes à incandescences dites de type amélioré (classe énergétique C au minimum) comme :

  • Les lampes halogènes au xénon (classe C) ;
  • Les lampes halogènes à revêtement infrarouge (classe B).
Type Puissance 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Hallogène Claire 12 V
5 W Classe E Classe E Classe E Classe C Second niveau d’exigences de fonctionnalité

 

Réexamen

 

Classe B
10 W Classe E Classe E Classe E Classe C Classe B
25 W Classe E Classe E Classe E Classe C Classe B
40 W Classe E Classe E Classe C Classe C Classe B
60 W Classe E Classe C Classe C Classe C Classe B
75 W Classe C Classe C Classe C Classe C Classe B
100 W Classe C Classe C Classe C Classe C Classe B
Claire 230 V
25 W Classe E Classe E Classe E Classe C Classe B**
40 W Classe E Classe E Classe C Classe C Classe B**
60 W Classe E Classe C Classe C Classe C Classe B**
75 W Classe C Classe C Classe C Classe C Classe B**
100 W Classe C Classe C Classe C Classe C Classe B**
200 W Classe C Classe C Classe C Classe C Classe B**
300 W Classe C Classe C Classe C Classe C Classe B**
500 W Classe C Classe C Classe C Classe C Classe B**
Non – claire Classe A Classe A Classe A Classe A Classe A

Disponibilité

** Classe pour les culots G9 et R7

Disponibilité réduite

Indisponibilité

Réglementation 

Pour en savoir plus sur les classes énergétiques des lampes : cliquez ici !

Données

pour connaitre les caractéristiques des lampes halogènes : cliquez ici !

Données 

pour consulter un récapitulatif des caractéristiques des différents types de lampe : cliquez ici !