Dans les années à venir, la densité de bornes de recharge pour les VEs devrait drastiquement augmenter sous la pression de l’Europe via la directive EPBD 2018/884. En 2025, les nouvelles constructions et les rénovations lourdes (non-résidentielles) dont le parking fait plus de 10 emplacements devront être équipé d’une borne de recharge et 1 emplacement sur 5 pré-câblée pour pouvoir accueillir une borne dans le futur. Pour les bâtiments existants, la Belgique est invitée par l’Europe à fixer un nombre minimal de points de recharge pour les parkings non résidentiels de plus de 20 emplacements.

Les différentes puissances disponibles

D’un point de vue technique, les bornes de recharge et prises murales les plus courantes des constructeurs sont disponibles en : monophasé et en triphasé, en 16A, 32A et 64 Ampères pour des puissances allant jusqu’à 43kW pour les bornes rapides.

Les puissances généralement disponibles sont donc les suivantes :

Type de borne Monophasé Triphasé
10A (prise classique) 2.3kW   [pour dépanner]  
16A 3.7kW   [très lent : +15 à 25 km/hcharge] 11kW
32A 7.4kW   [Lent : +30 à 45km/hcharge] 22kW  [Moyen : +60 à 80km/hcharge]
62A   43kW   [Rapide : +100 à 140km/hcharge]
Remarque 1 : certaines voitures ont une limite de vitesse de chargement

 Remarque 2 : en hiver, la charge peut être ralentie si la batterie est froide

 

Des « superchargers » voient également le jour sur les aires d’autoroutes. Dans ce cas, les puissances dépassent déjà les 100kW !

Pour avoir un ordre de grandeur, un véhicule électrique consomme autour de 20kWh/100km et leurs batteries ont une capacité allant de ±20kWh pour les micro-citadines à 40kWh pour les petites citadines et jusqu’à 100kWh pour les plus grosses berlines. Ces « super-chargeurs » sont donc capables de prolonger l’autonomie des VEs compatibles de plus de 200km en moins de 20 minutes, soit le temps d’une pause-café !

Il est également bon de savoir que les derniers 20-30% de la charge d’un VE s’effectuent jusqu’à 2 fois plus lentement.

Comme le coût de l’installation d’une borne est proportionnel à sa puissance, le choix de la puissance devra être judicieux. La décision d’opter pour une borne plutôt qu’une autre dépendra du temps de charge disponible et de l’autonomie attendue après recharge (dans les limites de la capacité de la batterie).

EXEMPLE : Quelle puissance mettre en place dans le cas de bornes à destination des employés d’une grande entreprise dont la durée du chargement sera étalée sur 8 heures (de 9h à 17h) ?

Comme les employés de cette entreprise travaillent à moins de 100km de leur domicile mais que tous n’ont pas la possibilité de charger leur véhicule au domicile, une autonomie de 200km peut, par exemple, être prévue pour assurer le retour au domicile le soir mais également le trajet vers le bureau le lendemain matin. Dans ce cas, les bornes lentes de 7,4kW sont déjà largement suffisantes. Néanmoins, un électricien avisé pourrait favoriser le triphasé pour des puissances si importantes afin de réduire le courant pour une puissance similaire en augmentant la tension (de 230v à 400v). Le choix de la borne triphasé de 11kW est donc également un bon choix.

Si l’entreprise emploie des consultants devant réaliser une série d’aller-retours sur la journée, quelques bornes rapides de 43kW pourront s’avérer nécessaire mais uniquement pour cette flotte de véhicules-là !

 

Les types de connecteurs côté point de charge

Pour raccorder le véhicule à la borne, plusieurs types de fiches de raccordement existent. Pour les recharges lentes et normales (≤43kW), côté borne, ce sont les fiches domestiques et les fiches de « type 2 » qui sont présentes. Tandis que pour les charges rapides (>50kW), celle-ci s’effectuent en courant continu avec prises spécifiques.

Les fiches et prises domestique permettent une puissance de 2,3kW, ce sont celles que nous retrouvons couramment dans nos bâtiments :

Prise domestique. Source : Zeplug.com

Prise domestique. Source : Zeplug.com

Dans ce cas-là, pas besoin de borne en tant que tel mais attention tout de même, pour utiliser ce type de prise murale pour le chargement il est impératif d’avoir une installation pouvant supporter 16 ampères au moins sur ce circuit. Il ne faudra également pas utiliser des rallonges en cascade ou un câble trop long ou de section faible sous peine de courir un dangereux risque d’échauffement.

Les fiches de types 2 correspondent au standard Européen et sont les plus courantes. Elles sont utilisées pour les puissances courantes de 3,7kW à 43kW, en mono et triphasé, elles se présentent comme ceci :

Prise type 2. Source : Zeplug.com

Prise type 2. Source : Zeplug.com

En ce qui concerne les bornes rapides, il existe trois autres types de connecteurs.

À partir de 2025, les bornes rapides devront être équipées de connecteurs CCS Combo (pour fonctionner avec les voitures européennes) et CHAdeMO (pour les voitures asiatiques et TESLA avec un adaptateur)

Bornes de recharge pour véhicules électriques (VES)

Prise et connecteur CCS Combo. Source : engie-electrabel.be

 

Bornes de recharge pour véhicules électriques (VES)

Prise et connecteur CHAdeMO. Source : engie-electrabel.be

 

Enfin, en dehors des standards Européens, il existe également la prise propriétaire TESLA SuperCharger

Bornes de recharge pour véhicules électriques (VES)

Prise et borne TESLA SUPERCHARGER. Source : engie-electrabel.be