Date :

  • page réalisée sous l’hégémonie Dreamweaver

Auteur :

  • les anciens

Notes :

  • Pas de contenu manquant (WinMerge ok, Sylvie)
  • Conforme à la mode PEB août 2008
  • Eté 2008 : Brieuc.
  • 22-08-2008 : 1er passage de mise en page [liens internes, tdm, en bref !, rapide passage général sur la mise en page de la feuille] – Sylvie
  • 26-03-2009 : Application des nouveaux styles de mise en page. Julien.
  • décembre 2011, corrections, Sylvie
  • 9-01-2012, corrections Sylvie.

Antidote :

  • Oui

Winmerge :

  • Ok

ρ

Les gains se situent au niveau de :

La diminution de la facture énergétique

L’isolation thermique d’une paroi permet d’économiser énormément d’énergie.

Exemple.

On pose sur un toit plat non isolé de 100 m² une couche d’isolant, dont la résistance thermique R = 2.5 (exemples : 12 cm de laine de roche ou 9 cm de mousse de polyuréthanne ou 14 cm de verre cellulaire). Ceci permet d’économiser au moins 1 000 litres de gasoil par an au centre du pays, dans un immeuble non chauffé la nuit et le WE (bureaux, par exemple).

Calculs

 

Si vous voulez accéder aux détails des formules utilisées ci-dessous, cliquez ici !

Détail :

  • Résistance sans isolant :

R = 0.50 m²K/W => U = 2 W/m²K

  • Résistance avec isolant :

R = 3,00 m²K/W => U = 0,33 W/m²K

  • Différence de U = 1,67 W/m²K
  • Température extérieure moyenne pendant la période de chauffe : 6.5°C
  • Durée de la période de chauffe : 242 jours
  • Température moyenne intérieure : 20° (T° de jour) – 3° (intermittence) – 3° d’apports gratuits = 14°C
  • Différence moyenne de température :

14°C – 6,5°C = 7,5 K

  • Rendement moyen de l’installation de chauffage : 0,7
  • Différence de perte annuelle par m² :

(ΔU x S x Δ Tm)  x durée de chauffe / η =
1,67 W/K x 7,5 K x 242 j x 24 h/j / 0,7 = 103 922 Wh

  • Soit en combustible 104 kWh x 0.1 l/kWh = 10,4 litres de gasoil par m² par an.
  • Soit ici 1 000 litres de gasoil pour la toiture par an.

Exemple de rentabilité :

 

  • Avec un prix du gasoil de 0,8 € par litre, l’économie financière annuelle par m² de toiture est de 8 €.
  • Le prix de l’isolation est très variable (isolation des combles ou de la toiture ? l’étanchéité est-elle de toute façon à refaire ? …). Un prix de 50 €/m² permet de boucler un projet, étanchéité comprise. Le temps de retour de l’isolation est donc de ( 50/ 8) = moins de 7 ans.
  • À noter que si le bâtiment est chauffé jour et nuit (hôpital, maison de repos) et que l’on considère une température moyenne intérieure de 21°C, l’économie monte à 16 litre de gasoil/m² et le temps de retour descend à 6 ans.
  • Si le bâtiment est situé en Ardenne, le temps de retour descend à 5 ans (bureau) ou 3 ans (hôpital).
  • Si l’institution (bureau d’une administration ou home) obtient la prime UREBA de 30 %, (ou une autre prime et déduction fiscale pour les bureaux privés, voir http://energie.wallonie.be), le prix de l’isolation descend à 35 €/m², et donc les temps de retour descendent à :
bureau
home
Brabant
5 ans
3 ans
Ardenne
3 ans
2 ans
  • Si le chantier est important et qu’une négociation est possible, le prix peut encore descendre. Et si l’étanchéité de la toiture est de toute façon à envisager, le prix de l’isolant s’amortit alors très rapidement.

Calculs

Si vous voulez calculer vous-même la rentabilité de l’isolation d’une paroi, cliquez ici !

Calculs

Dans le programme de calcul ci-dessus, il vous sera demandé le coefficient de transmission thermique (U) de la paroi avant et après isolation. Vous pouvez calculer ces valeurs en cliquant ici. Ces valeurs ont été calculées pour certaines parois types.

Évaluer

Il vous sera également demandé d’évaluer le rendement de votre installation de chauffage.
Vous trouverez des indications concernant les valeurs à considérer pour une installation à eau chaude en cliquant ici. Pour le chauffage électrique, le rendement est de 100 %.

L’amélioration du confort

L’isolation de la paroi va augmenter la température de surface de celle-ci, augmentant ainsi le confort thermique pour les occupants, et réduisant les risques de condensation en surface et donc les problèmes d’hygiène.
Vous pouvez évaluer la température de surface de la paroi à l’aide de la formule :

θoi = θi – (U x 0,125 x(θi – θe))

avec :

  • θi : température intérieure (en °C)
  • θe : température extérieure (en °C)
  • U : coefficient de transmission thermique de la paroi (en W/m²K)
  • θoi : température de surface intérieure de la paroi (en °C)

Exemple : si la température extérieure est de 0°C et que la température intérieure est de 20°C, la face inférieure d’une paroi plate passera de 15 à 19°C après isolation.

La protection du bâtiment

L’amélioration de l’isolation de la paroi correctement réalisée par l’extérieur augmente la longévité des matériaux, car elle :

La diminution des rejets polluants

Du point de vue environnemental, les économies de chauffage engendrées par l’isolation permettent de réduire fortement les rejets de gaz polluants (CO2, SO2, NOX, …)

Exemple.

Dans le Brabant, la pose, sur le toit plat non isolé de 100 m² d’un immeuble de bureau, d’une couche d’isolant dont la résistance thermique R = 2.5 (exemples : 12 cm de laine de roche ou 9 cm de mousse de polyuréthanne ou 14 cm de verre cellulaire) permet de diminuer les rejets annuels (chauffage au gasoil) :

  • d’environ 104 kWh/m² x 100 m² x 0,264 kg > CO2/kWh = 2 746  kg de CO2
  • d’environ 104 kWh/m² x 100 m² x 0,169 mg NOx/kWh = 1,7  kg de NOx