Juillet 2009 ( Sylvie)
  • mise en page
  • Winmerge = ok !
  • Antidote : ok !

 

Repérer le problème

 

 

Projet à étudier

 

 

Rentabilité

 

 

Consommation annuelle de chauffage par m² de plancher brut ?

Repères (bureaux) :

– si construction < 1975, consom. de 100 à 180 kWh/an/m².

– si construction > 1975, consom. de 40 à 150 kWh/an/m²  (bureaux).
(1 m³ de gaz = 1 litre de fuel = 10 kWh)

Affiner l’évaluation via les ratios dans Énergie+.

 

 

Se situer par rapport au secteur.

Définir la priorité d’amélioration entre chauffage et électricité.

Établir les priorités d’audit et d’intervention entre les bâtiments d’un même parc.

 

 

 

 

 

S’il n’y a pas d’ECS produite par l’installation de chauffage, les consommations de chauffage sont-elles nulles en été ?

Comment sont gérés la mise en route et l’arrêt des installations en été ?

 

 

Placer un régulateur qui interrompt la chaudière et les circulateurs si la température extérieure dépasse 15°C.

 

 

+ +

S’amortit aussi en mi-saison car la T°ext est > à 15°C durant 400 h  de la saison de chauffe.

 

Repérer le problème

Projet à étudier

Rentabilité

Consommation annuelle d’électricité du bâtiment par m² de plancher brut ?

Repères :

– si non climatisé, consommation 30 à 100 kWh/an/m²  (bureaux publics) et de 60 à 120 kWh/an/m² (bureaux privés).

– si climatisé, consommation 100 à 160 kWh/an/m² (bureaux).

Affiner l’évaluation via les ratios dans Énergie+.     

Se situer par rapport au secteur.

Définir la priorité d’amélioration entre chauffage et électricité.

Établir les priorités d’audit et d’intervention entre les bâtiments d’un même parc.

 

Si tarif Basse Tension, présence d’un compteur bi-horaire ?

 

 

Installer un compteur bi-horaire dans pratiquement tous les bâtiments tertiaires.

+ + +

La consommation de nuit = …15…20… % de la cons. tot.

Le pourcentage des consommations consommées en heures creuses (nuit + WE) correspond-il à une logique de fonctionnement du bâtiment ? Analyser l’origine des consommations de nuit et de WE, placer des horloges sur les circuits à arrêter la nuit.

+ + +

Le kWh électrique est 2 à 3 x plus cher que le kWh chauffage.

Repérer le problème

Projet à étudier

Rentabilité

Facteur de puissance ou cos « phi » > 0,9 ?

Pénalité pour « Puissance Réactive » ?

Placement de condensateurs de compensation.

+ + +

Rentable en 1 an.

Pointe de puissance 1/4 horaire anormale ?

Repères :

– si pointe supérieure à 20 W/m², c’est anormal pour un bâtiment de type bureaux non climatisé.

– si le ratio « consommation en Heures Pleines (kWh) /
pointe 1/4 horaire (kW) »
est compris entre 80 et 200 heures, une gestion de la pointe peut être rentable.

Analyser s’il existe des équipements à délester.

Empêcher ces équipements de fonctionner durant la pointe par une horloge ou en plaçant un délesteur de charges électriques.

Étudier la possibilité d’une réorganisation du travail qui empêcherait la simultanéité de certaines tâches (ex : arrêt du lave-vaisselle lors du fonctionnement des friteuses).

+ +

Surtout rentable si charges thermiques que l’on peut interrompre (ballon électrique d’ECS, groupe frigorifique, chauffes-plats des cuisines collectives, …) en parallèle avec des charges que l’on ne peut couper (friteuses, lave-vaisselle, …).

« Tarif » adéquat ?

La consommation électrique est-elle élevée en été ?

Il n’existe plus de tarifs « officiels » mais il est possible de négocier un prix plus intéressant si la consommation est élevée en été.

Demander un diagramme de charge au distributeur électrique.

+ + +

Coût nul, simple changement de tarif.

Rentabilité encore plus forte si délestage de charges en hiver.

 

Repérer le problème

Projet à étudier

Rentabilité

Assure-t-on un suivi des consommations électriques, de combustible et d’eau (chaude) sanitaire ? Les consommations de combustibles sont-elles rectifiées en fonction des conditions météo ? Mettre en place une comptabilité énergétique.
À défaut d’un compteur sur l’eau chaude, le suivi des consommations d’eau reste très utile.

+ +

… si on utilise les résultats !

Dispose-t-on de compteurs spécifiques pour analyser les consommations ?

Les factures sont-elles associées à un compteur spécifique

Placer un compteur :
  • sur l’eau chaude sanitaire,
  • sur le compresseur de la machine frigorifique,
  • sur un départ vers un bâtiment annexe,
  • sur un groupe de ventilation

et améliorer les stratégies d’intervention et de gestion des factures.

+ +

… si on utilise les résultats !

Les services techniques, les décideurs et les utilisateurs sont-ils mis au courant si la consommation est anormale par rapport à l’année précédente ? Organisation interne à mettre en place pour réagir rapidement lorsqu’une dérive apparaît.

+ + +

Pour comprendre la cause du problème, il faut l’analyser rapidement après son apparition.

Les utilisateurs sont-ils motivés à économiser l’électricité, les combustibles, l’eau sanitaire, … ? Envisager une « rétribution » de l’effort consentit : reconnaissance morale et écologique,  ristourne financière, avantage matériel, …

+ + +

Solution « tout le monde gagnant », dynamique interne, …

Y a-t-il production et/ou consommation d’électricité verte ou d’énergie renouvelable ? Penser à installer des systèmes producteurs d’énergie renouvelable

Repérer le problème

Projet à étudier

Rentabilité

Y a-t-il une personne dans le bâtiment (interne à l’établissement ou société de maintenance) qui a en charge la conduite des installations et à qui on peut signaler un problème ? Nommer un responsable de la conduite.

+ +

… à terme.

Cette personne connaît-elle le fonctionnement de l’installation et de sa régulation, peut-elle assurer une gestion optimale au niveau énergétique ? Assurer sa formation de Responsable Énergie.

Assurer sa formation technique.

+ +

… à terme.

Dans le cas d’installations conduites par une société de maintenance, y a-t-il un contrôle de la bonne qualité de cette conduite en matière d’efficacité énergétique ? Réaliser un audit de la maintenance par un bureau spécialisé.

Utiliser le cahier des charges à la maintenance énergétique de l’IBGE

+ +

… à terme.

Si la maintenance est confiée à une entreprise extérieure, celle-ci a-t-elle un label de qualité ? Choisir une entreprise de maintenance disposant d’un label de qualité ISO 9002 ou un label d’environnement ISO 14000
Accède-t-on facilement aux schémas de l’installation et à la logique de régulation ? Mettre à disposition

– les schémas techniques « as built »

– les fiches techniques « as built » des équipements.

– la logique de régulation et les paramètres de réglage « as built ».

Créer un carnet de gestion qui reprend les entretiens, remplacements d’éléments, pannes, etc…

Indiquer les références des circuits sur les équipements (vannes, sondes, éléments de régulation, …).

Reconstituer l’ensemble de ces documents si ceux-ci sont absents.

+ +

… à terme.

Existe-t-il un journal de bord de gestion des installations qui reprend l’ensemble des actions entreprises : entretien, installation, remplacement de pièces, régulation, etc. Mettre en place un suivi de la gestion des installations consignée

+ +

… à terme.