Date : page réalisée sous l’hégémonie Dreamweaver

Auteur : les anciens

Notes :

11/03/09, par Julien

  • HTML -> Textes & Images
  • Corrections Antidote
  • Ajout page Commentaires

17/03/09, par Julien

  • Vérification WinMerge

Style css des tableaux : Thibaud

Juin 2009 : mise en page et liens internes, Sylvie.

Puissance en fonction du mode de fonctionnement

Le marché étant tellement vaste, on se réfère à une étude menée par ouverture d'une nouvelle fenêtre ! Energy Star qui intègre sur son site un module de calcul des consommations de différents équipements de bureautique.
Les tableaux et les graphiques ci-dessous montrent des puissances moyennes pour des fax couramment rencontrés sur le marché en intégrant 4 modes de fonctionnement (actif, prêt, attente et arrêt).
La différence des puissances dissipées entre les modes « attente » et « prêt » est :

  • En mode « attente » (ou standby), le fax est en veille prolongée et il ne peut pas directement imprimer un fax entrant. Il y a donc très peu de puissance dissipée.
  • En mode « prêt » (ou ready), le fax est prêt à recevoir et à imprimer un document. L’élément chauffant est en fonction et dissipe de la puissance.
Type de fax Puissance moyenne [W]
(ouverture d'une nouvelle fenêtre ! source Energy Star)
Mode actif Mode Prêt Mode attente Mode arrêt
Fax conventionnel 350 30 0
Fax labellisé 350 30 15 0

Source Energy Star.

A priori, au niveau de la puissance, il n’y a pas de différence fondamentale entre un fax conventionnel et un fax labellisé.
Les différences se situent au niveau des temps de gestion dans les différents modes de fonctionnement.

Mode de fonctionnement

Une étude américaine (LBNL 2004 : Lawrence Berkeley National Laboratories) sur les consommations d’énergie électrique montre que les fax sont branches 365 jours/an.
Pour des équipements conventionnels et labellisés le nombre d’heures de fonctionnement par type de mode est repris ci-dessous sous forme de tableau et de graphique :

Type de fax Heure moyenne [h/an]
(ouverture d'une nouvelle fenêtre ! source Energy Star)
Mode actif Mode Prêt Mode attente Mode arrêt
Fax conventionnel 0,5 23,5 0 0
Fax labellisé 0,5 0 23,5 0

Source Energy Star.

Les constructeurs d’équipements labellisés basent l’économie d’énergie en réduisant au maximum la période où le fax est en mode « prêt » et par conséquent la période où la puissance dissipée par l’élément chauffant est importante.

Consommation énergétique

Voyons en termes d’énergie consommée ce que cela donne. Les résultats sont repris dans le tableau et sous forme graphique ci-dessous :

Type de fax Consommation moyenne [kWh/an]
(ouverture d'une nouvelle fenêtre ! source Energy Star)
Fonction basse énergie activée Fonction basse énergie pas activée Fonction basse énergie activée Fonction basse énergie pas activée
Toujours allumé Toujours allumé Éteint en fin de journée Éteint en fin de journée
Fax conventionnel 321 321
Fax labellisé 193 321 193 321

Source Energy Star.

Le fax est l’appareil par excellence qui fonctionne en permanence afin de recevoir 24 heures sur 24 des documents envoyés de l’extérieur (permet de tenir compte du décalage horaire pour déclencher un envoi de nuit vers un autre continent par exemple). On voit donc tout de suite l’efficacité de la fonction attente du fax labellisé. Toutefois, il faudra être attentif que cette fonction soit activée par défaut dès l’acquisition de l’équipement ou de ne pas oublier de la mettre en fonction.

Exemple.

Pour argumenter l’intérêt de posséder un équipement labellisé et activé, on peut

calculer l’économie moyenne annuelle sur un parc de x machines en considérant que :

  • Le nombre de jour de fonctionnement est de 365 jours/an,
  • la proportion de machines allumées 24h/24 est de 100 %,
  • la proportion d’équipements labellisés est de 90 %.

Et en reprenant les consommations énergétiques du tableau ci-dessus : On applique la formule suivante (Energy Star) : > Pour les équipements labellisés la consommation moyenne annuelle ramenée à un seul équipement est de :

(1 – 1) x 0,9 x kWh/anBEA/EFJ + (1 – 1) x (1 – 0,9) x kWh/anBEPA/EFJ

+ 1 x 0,9 x kWh/anBEA/TA + 1 x (1 – 0,9) x kWh/anBEPA/TA

=

(1 – 1) x 0,9 x 193 [kWh/an] + (1 – 1) x (1 – 9) x 321 [kWh/an]

+ 1 x 0,9 x 193 [kWh/an] + 1 x (1 – 0,9) x 321 [kWh/an]

=

205 [kWh/an]

> Pour les équipements non labellisés la consommation moyenne annuelle ramenée à un seul équipement est de :

(1 – 1) x kWh/anBEPA/EFJ + 1  x kWh/anBEPA/AT

=

(1 – 1) x 193 [kWh/an] + 1  x 321 [kWh/an]

=

321 [kWh/an]

L’économie est dès lors de :

1 – (205 [kWh/an] / 321 [kWh/an]) = 0,36 ou de 36 %.